Sur la méthodologie de travail aux archives Henry Corbin

SUR LA MÉTHODOLOGIE DE TRAVAIL

AUX ARCHIVES HENRY CORBIN

Par Maria SOSTER

 

Pour ce qui regarde les Archives Corbin, je suis obligée d’avouer que je n’ai pas encore une idée générale de tous les matériaux qui sont présents, parce que d’une partie, il y en a beaucoup et, de l’autre, j’ai commencé avec le classement de la correspondance. Il y a beaucoup de boîtes dédiées exclusivement aux lettres et encore, dans des boîtes ou des chemises où il y a des textes ou des brouillons, il y a des lettres.

Ma finalité est de cataloguer tous les matériaux qui sont dans les archives Corbin pour les mettre à disposition de l’Association des Amis d’Henry et Stella Corbin.

         J’ai commencé par la correspondance parce que je crois que, en essayant de reconstruire la biographie intellectuelle de Henry Corbin, nous pourrions mieux comprendre les motifs de son engagement spirituel pour la Terre d’Orient et d’Occident.

         En outre, je crois qu’on peut envisager un projet d’édition de certaine correspondance, mise en corrélation avec des textes de la même période. Pour exemple, on peut envisager de publier les articles des années Trente, parus dans Hic et NuncLe SemeurRecherches Philosophiques et les lettres de la même période, lettres dans lesquelles il préparait ces articles… Ou, sinon, la correspondance avec Massignon. En effet, le principal problème est que Corbin n’a presque jamais conservé un double de ses lettres, donc c’est difficile (à part pour le cas de Massignon, où on a beaucoup de lettres de Henry Corbin) penser publier une correspondance complète.

Pour ce qui regarde la méthodologie de travail, pour la correspondance, pour chaque lettre, je vais décrire :

·        Expéditeur (et ici la difficulté est celle de reconnaître la signature, parce que seulement parfois elle est lisible ou le nom de l’expéditeur est noté en crayon par Mme Corbin ou Henry)

·        Destinataire (Henry Corbin, Stella Corbin, etc.) ;

·        Lieu ;

·        Date ou date probable ;

·        Boîte, c’est-à-dire où se trouve la lettre et dans quelle chemise. Mon but est de ne pas défaire l’ordre que Mme Corbin et Henry Corbin ont donné aux lettres et aux matériaux ;

·        Typologie de la correspondance, c’est-à-dire si c’est une correspondance amicale ou formelle, et, où possible, le contenu ;

·        Quantité, c’est-à-dire le numéro des pages ;

·        Langue ;

·        Note, c’est-à-dire si la lettre est manuscrite, dactylographiée, et le type de papier à en–tête ;

·        Réponse Henry Corbin, où présente.

 

J’ai utilisé aussi des différentes couleurs, pour distinguer les lettres contenues dans chaque chemise, quand les lettres étaient d’auteur divers.

 

Pour les matériaux que je trouve (articles, textes, coupures de journal), je vais toujours noter :

·        Date ou date probable ;

·        Auteur ;

·        Lieu de publication ;

·        Boîte ;

·        Typologie du texte et, où possible, le contenu ;

·        Quantité, c’est-à-dire le numéro des pages ;

·        Langue ;

·        Note, c’est-à-dire si le texte est manuscrit, dactylographié, et le type de papier à en –tête.

 

Mon travail aux Archives Corbin, comme aussi ma recherche, représentent une petite tentative de faire connaître et de développer de plus en plus la connaissance de l’œuvre et de la pensée d’Henry Corbin. Mon travail et ma recherche sont à leur début, donc je vous prie de m’excuser encore si j’ai fait de fautes. Et si vous avez de conseils ou de critiques à faire sur la méthodologie de travail, si vous croyez qu’il y a quelque chose qui manque, nous avons, aujourd’hui, l’occasion pour les discuter, et moi, de ma part, comme je vais conclure le travail dans le mois d’août, je la possibilité de corriger mes fautes.

 

Je vous remercie de votre attention.

 

Maria Soster

 

s2Member®